Menu

Vendre son bien en zone rurale : mission impossible ?


Rédigé le Vendredi 11 Octobre 2019 à 08:22 | Lu 487 commentaire(s)


Vendre son bien immobilier quand on réside en zone rurale n'est pas une mince affaire. Nous avons demandé à Christophe du Pontavice, spécialiste de l'estimation immobilière, de nous éclairer.


Vendre son bien en zone rurale : mission impossible ?
A la campagne, les délais de vente sont parfois très longs : quand on sait que dans la Creuse il faut en moyenne 205 jours pour vendre un bien, ça vous étonne ?
Christophe du Pontavice : Un peu plus de 6 mois, ce n’est pas du tout étonnant. Le marché de la Creuse et les marchés ruraux sont moins tendus que ceux des grandes villes. Ce sont les acheteurs qui ont le pouvoir car ils sont moins nombreux et ont plus de choix. Du coup, ils prennent leur temps et les délais de vente sont plus longs.

Parlons des prix de ces maisons parfois isolées : sont-elles au bon prix compte-tenu de leur éloignement des villes et de l’activité économique ?
C’est souvent là que le bât blesse. Trouver le bon prix, c’est vital pour votre vente. Comme il y a moins d’acheteurs, il est nécessaire de viser plus juste à défaut de quoi, on peut se retrouver contraint de négocier plus bas que le marché un an après la mise en vente. Retenez une chose Marc, la stratégie de vente des maisons à la campagne n’est pas du tout la même qu’en ville. Il est essentiel de se faire bien accompagner.

Comment valorise-t-on une maison qu’on veut vendre quand on habite en zone rurale ?
Je suis un spécialiste du prix. Le pire qu’il puisse vous arriver en tant que vendeur, c’est de n’avoir qu’un seul acheteur en face et d’être en position de faiblesse dans votre négociation. Alors mettez toutes les chances de votre côté en visant le juste prix dès le début. Après donnez toutes les chances à votre maison : belles photos éventuellement prises par un agent qui sait faire les photos ou un photographe professionnel, rangement et jardin irréprochables.

En zone rurale, les marges de négociations peuvent atteindre 50 % voire plus du prix de vente d’origine, ça veut dire quoi ? Que l’acheteur a le pouvoir face au vendeur ?
Ca veut dire que la stratégie de mise en vente a été ratée. Le prix était mal évalué, surestimé dès le départ. La maison sans doute mal mise en valeur. Du coup, le bien n’a pas touché son marché et le vendeur s’est retrouvé dans la nécessité de vendre en face à face avec le seul acheteur et n’avait d’autre choix que de lâcher sur le prix.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 25 Novembre 2019 - 16:55 Comprendre les vices cachés en quatre questions